Depuis trois jours déjà, c’est la Semaine mondiale de l’Eau dans la capitale suédoise. Cette année, plus de 2 500 participants sont venus pour réfléchir sur le thème de l’eau dans le contexte de l’explosion mondiale urbaine. Scientifiques, acteurs économiques, politiques, et membres de la société civile échangent points de vue, expériences et pratiques innovantes… Certains me dit-on, se demandent si nos frères explorateurs ne sont pas également dans ce coin de Planète où la population d’experts sur l’eau a atteint des records de densité. Pour tout vous dire, Loïc et Geoffroy sont en expédition le long du Grand Rift africain pour réaliser leur prochain documentaire qui sera diffusé sur France 5 en 2012. Retrouvons-les sur la problématique urbaine avec leur Expédition Yangtsé : autour du troisième plus grand fleuve du monde, ils nous rappellent nombre des enjeux discutés à Stockholm en ce moment.

Expédition Yangtsé, qu’est-ce donc ?
Après leur tour du monde de l’eau, Loïc et Geoffroy relèvent un nouveau défi : la descente du plus grand fleuve d’Asie, le Yangtsé-Kiang. Ils parcourent en cinq mois le fleuve, depuis sa source dans les hauts plateaux tibétains jusqu’à son embouchure, à Shanghai.

Ils traversent l’Empire du Milieu d’Ouest en Est pour se rendre compte d’une chose : c’est l’accès à l’eau qui détermine le développement. Des yourtes aux buildings, des yacks aux grosses voitures… L’eau est la ressource qui conditionne la vie quotidienne des hommes. Quel rôle joue le fleuve pour la Chine, et qu’en pensent les Chinois ? À la découverte du pays des contrastes et de l’immensité, une idée simple jaillit : « Pour assurer un développement économique et sociétal durable, l’Homme doit impérativement préserver les ressources en eau mises à sa disposition ».

L’histoire d’un fleuve, l’histoire du développement urbain
L’expédition Yangtsé commence sur les hauts plateaux tibétains, que les scientifiques appellent le Troisième Pôle, là où l’eau descend des réserves montagneuses. Autour de Loïc et Geoffroy, les villages n’ont pas accès à l’eau courante. Ils rencontrent Tchinchaoli, une jeune fille qui étudie en ville et qui leur fait partager les corvées quotidiennes imposées par le manque d’accès à l’eau.

Cette séquence explique concrètement ce qui pousse les jeunes comme Tchinchaoli à quitter les villages des montagnes. Il n’y a pas d’opportunités d’emploi ni de promesses de développement qui pourraient lui permettre de rester. Tchinchaoli fait partie de ces nombreux jeunes qui quittent tous les jours les campagnes pour rejoindre la ville.

La campagne, l’avenir de la ville
Le défi urbain d’une certaine façon c’est aussi… La campagne ! Pour endiguer l’expansion urbaine, les villes auraient tout intérêt à ce que les campagnes deviennent plus attractives. Une des problématiques essentielles est celle de l’accès à l’eau dans les zones rurales, reculées ou isolées. Toujours le long du fleuve, dans la province du Guizhou, l’arrivée de l’eau dans un village coupé du monde est un miracle, une promesse de développement et d’un avenir meilleur.

Chongching, emblème urbain
Croissance urbaine accélérée, la descente du fleuve illustre ces changements rapides de villages devenus villes autour d’un fleuve progressivement dompté par l’urbanisation galopante.

La Chine illustre concrètement la rapidité de l’urbanisation dans les pays en développement et des défis qu’elle impose. À Chongching, étape-clé de cette expédition, des ouvriers expliquent l’importance de la planification de la gestion de l’eau pour le développement du maillage urbain.

Si l’eau est bien accessible à Chongching, elle ne l’est pas nécessairement comme nous en bénéficions en Europe. C’est avec Yangyi, jeune coiffeuse, que Loïc et Geoffroy comprennent que l’eau courante reste un défi malgré la modernité de la ville.

La croissance urbaine et risques d’événements extrêmes
Les centres urbains sont situés pour la plupart à proximité de sources d’eau importantes, qui ont permis leur développement. C’est l’exemple des agglomérations chinoises situées aux abords du Yangtsé dont Chongching et Shanghai sont les symboles.

Les risques d’inondations sont plus fréquents et leurs conséquences sont plus graves, car la densité démographique est plus importante. Les sécheresses sont également lourdes de conséquences, car les besoins en eau sont accrus. La construction de nouvelles infrastructures de la ville augmente les risques : plus le territoire est construit, plus les surfaces sont imperméables, ce qui augmente les conséquences des inondations de plus en plus difficiles à gérer. Une expérience que Loïc et Geoffroy nous font partager dans cette expédition (Episode 4 !). Elle rejoint nombre d’autres découvertes dont la visite du barrage des Trois Gorges ou Shanghai, la modernité par excellence… Un « the end » en guise de teaser pour vous inviter à découvrir ou redécouvrir l’Expédition Yangtsé .

A bon entendeur, Stockholm nous ouvre à bien des mondes de voyages cette semaine,

Céline Hervé-Bazin avec l’aide précieuse de Maë Coat, BIGLO

Le détail en sus pour en savoir +
C’est au cours de leur tour du monde que Loïc et Geoffroy ont été confrontés à la problématique de l’accès à l’eau dans les quartiers informels.
Retrouvez Hassan habitant d’un quartier informel à Beyrouth, au Liban et la visite d’une favela à Sao Paolo avec Marcelo Rondoni, SABESP