Expédition Grand Rift : le long des croisements

Après le Kenya, Loïc et Geoffroy sont entrés en Éthiopie. Ils continuent leur épopée à la rencontre des différents peuples vivant de la nature et des richesses de la terre. Ils vont cultiver du sel avec les paysans, vivre avec des Konzo mais aussi, rencontrer quelques tracas de moto face au fleuve et aux routes éthiopiennes.

Plaine luxuriante du Rift en Éthiopie

Au rythme des rencontres

Cet épisode est le temps de rencontres fortes dans un pays tristement célèbre pour ses famines à répétition. Loïc et Geoffroy veulent voir comment la population se bat avec ses outils hérités du passé pour survivre et comment elle s’est relevée de ces années de souffrances. Ils sont accueillis chez les peuples du Sud de l’Éthiopie qui coexistent non loin l’une de l’autre dans un environnement montagneux où l’eau tombe en abondance quand ça lui chante… Dans cet épisode, on voit de près l’endurance nécessaire pour réaliser cette expédition en side-cars, loin des sentiers battus, où peu de conducteurs s’aventurent et où chaque mètre peut se transformer en cauchemar. On assiste à des situations cocasses qui naissent entre Loïc et Geoffroy et la population. Pour traverser le fleuve Omo on leur conseille un « ferry » qui est en fait une simple pirogue pour transporter des hommes et un vélo, mais pas des side-cars !

Petite fille Konzo

Au cœur du cratère de sel

Loïc et Geoffroy arrivent au cœur du Chew Bet cratère où ils rencontrent ces populations qui collectent le sel au cœur du volcan. Attention, dans cet épisode, Geoffroy fait tomber la veste, la chemise et le pantalon (on s’arrête là ;)). Pour mettre à l’aise les habitants qui l’accueillent dans leur univers, il part avec eux se baigner dans des eaux très salées et toxiques pour la peau. Au fil des questions, il se rend compte que l’homme met en danger sa santé pour récolter ces kilos de sel qu’il revend ensuite… Une rencontre touchante.

Les montagnes de sel

Un puits qui chante

Plus  loin, Loïc et Geoffroy sont attirés par des chants mélodieux… Des hommes écopent de l’eau et forment une longue ligne de bras qui transportent l’eau des profondeurs du puits jusqu’à la surface. Avec un système d’échelle posé dans l’eau, les hommes se relaient aux différents niveaux du puits pour faire circuler les sceaux remplis d’eau. Ils peuvent aller jusqu’à douze mètres de profondeur avec 5 à 12 hommes prêtant mains fortes à l’opération. La technique impressionne Loïc qui les aide pour mieux comprendre le fonctionnement de cette formidable chaine humaine. Surtout, on écoute le chant de ces hommes telles une mélodie merveilleuse au plus près de l’eau.

La vallée de l’Omo

Loïc et Geoffroy continuent leurs rencontres. Ils croisent et partagent la vie d’une tribu Konzo qui vivent de cultures et de l’eau qui dévale chaque année, de terrasse en terrasse.

Les habitations des Konzo.

Comme au cours des épisodes précédents, ils échangent avec les Konzo sur la difficulté de maintenir leur bétail en vie, de s’alimenter, de gérer leurs besoins en fonction d’une pluviométrie irrégulière.

La fin de cet épisode nous laisse avec des frères face à la rivière Omo qui est impossible à traverser. Trempés, fatigués, déçus… Ils sont contraints à rebrousser leur chemin ! La suite, au prochain épisode… 🙂

Pour retrouver les épisodes déjà diffusés :

– Episode 1 « Le secret de la pluie » : résumé

– Episode 2 « La quête de l’eau » : résumé

– Episode 3 « Les guerriers de l’eau » : résumé

– Episode 4 « Famines au bord de l’eau » : résumé

– Episode 5 « La faim des villes, la fin des champs » : résumé

Pluies sur l’Éthiopie alors que Loïc et Geoffroy pensaient arriver à la saison sèche…

*Chemins de traverse est aussi l’ouvrage d’Emmanuel Faber sur l’économie autrement, une réflexion intelligente sur la finance internationale… A lire !